Loading...


Travaux maçonniques

La Vêture du Maçon:
1/ Histoire et traditions des Décors Maçonniques

Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques

Conférence Audio en mp3

Cliquez sur l'icône pour télécharger la conférence
La Vêture du Maçon: Histoire et traditions des Décors Maçonniques

Cet enregistrement audio est soumis au Droit d'auteur. Toute copie ou diffusion, même partielle, de ce document sonore est interdite sans l'autorisation écrite des Auteurs.

Vos commentaires

Une réflexion à partager, une information à ajouter, n'hésitez pas à nous en faire part...

La Vêture du Maçon:
2/ Les décors d'aujourd'hui

Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques Décors Maçonniques

Je vais essayer d’être synthétique et ainsi je ne m’attacherai qu’à la vêture du Maçon anglais en loge bleue, dans l’esprit de la Franc Maçonnerie dite « régulière » en général, et à la lettre des constitutions de la GLUA en particulier. Je ne rentrerai donc pas dans le symbolisme lié aux décors du maçon. Celui-ci est très riche, souvent controversé, et mérite une étude plus attentive que nous aurons certainement l’occasion d’aborder lors d’une prochaine tenue.

Mon propos sera développé selon 3 axes : la tenue du Franc Maçon, le tablier, les gants, les bijoux et insignes…

Il est demandé à un Franc Maçon d’être exemplaire, et sa tenue fait partie intégrante de cette exigence. Ainsi, si la droiture de son corps est le symbole de son esprit et de la rectitude de ses actes, sa tenue peut être considérée comme le symbole visible de l’exemplarité universelle du Franc Maçon. C’est pourquoi, le Franc Maçon doit être chaussé de noir, vétu de sombre - gris foncé, bleu marine ou noir – portant une cravate ou un nœud papillon noir, sur une chemise claire, de préférence blanche.

Le principe est simple, établir une uniformité constante de tous les frères, balayant tous les codes profanes et commencer à préparer l’esprit du maçon lorsque celui-ci se dépouille de ses habits profanes, pour endosser ses décors de maçon.

C’est sur cette tenue universelle que viennent se poser les deux plus grands symboles de la tenue du Franc Maçon : son tablier et ses gants !

Le F :. Alec Mellor disait que « le Tablier était au Maçon ce que la robe était à l’avocat »

Le tablier est évidement l’héritage apporté à la Franc maçonnerie spéculative par la maçonnerie franche opérative lorsque cette première a pénétré les travaux de cette seconde. Le tablier, moyen d’attester de sa qualification pour l’opératif, est devenu le symbole des travaux spéculatifs et s’est paré de décors pour symboliser l’avancée du Franc Maçon dans la Connaissance et dans sa maitrise des secrets dans l’Art Royal.

N’oublions pas toutefois que le tablier peut être considéré comme le plus ancien de tous les vêtements. C’est de pagnes, fait de feuilles de figuier cousu, que s’habillèrent le premier homme et la première femme comme il est dit dans la Genèse. Nous noterons aussi que l’architecte Hiram avait érigé comme règle le fait pour chaque ouvrier d’offrir un sacrifice à Dieu sur l’autel de l’holocauste. Ainsi, l’agneau fut de tous les temps le symbole de l’innocence et sa peau était le seul reste du rituel des sacrifices, les viscères ayant été offertes en sacrifice à Dieu sur l’autel de l’holocauste et la viande ayant elle été consommé. Chaque ouvrier devait donc offrir un tel sacrifice, et faire de la peau de l’agneau immolé un tablier pour exercer son métier lié à la construction du Temple. Le tablier est donc un habit de travail en premier lieu, chargé de symbole en second …

Mais que disent les constitutions de la Grande Loge mère concernant les tabliers ?

Avant l’acte d’Union de 1813, constituant la Grande Loge Unie d’Angleterre, les règles sont assez floues, et une certaine liberté prévalait à cette époque. Mais dès 1815, en se référant aux Memorials of the Masonics Union, les Constitutions of the United Grand Lodge of England ont règlementé le port et l’usage des décors de loges. (Comme dirait notre Frère Surveillant, les anglais ont là encore codifiés les règles en Franc Maçonnerie)

Ainsi les constitutions définissent :
• pour l’apprenti une peau d’agneau de 35,6cm à 40,6cm de large pour 30,5cm à 35,6cm de haut, coupée à l’équerre et sans aucun ornement. Deux lanières blanches servant d’attaches.
• Pour le compagnon du métier, le même format que précédemment avec 2 rosettes à fond bleu ciel, 2 lanières blanches terminées par des houppes d’argent.
On notera donc l’absence de la bavette dans les constitutions de 1815 tel que nous les connaissons actuellement … Cette bavette, exprimée comme telle, est un ajout plus récent et les dernières constitutions amendées précisent bien que le tablier reste identique à celui de 1815, mais introduisent une bavette en sus. Cette précision ultérieure ne peut pas être anodine.
• Pour le maitre, toujours le même format que précédemment (ce format est important !) mais avec une doublure bleu ciel, une bordure de 3,8cm de la même couleur et 1 rosette supplémentaire sur une bavette ou un rabat. Aucun autre ornement n’est autorisé sauf aux Officiers et Passés Officiers de Loges qui peuvent porter l’insigne de leur charge en argent ou en blanc et le n° de la loge au centre du Tablier.

C’est là qu’apparait clairement dans les Constitutions de 1815 les mots « Fall » ou « Flap » que nous traduirons aujourd’hui par bavettes. Cette précision est importante et traduit bien une volonté de distinction en regard des tabliers de grade inférieurs.

La couleur bleue ciel des bords et des rosettes du tablier est le bleu Campbridge. Il est étroitement lié à la couleur du voile de la vierge Marie, lui-même dérivé de la couleur du bleu de la déesse Isis. C’est la couleur de la bienveillance universelle qui doit rappeler au Franc Maçon cette vertu, mais c’est aussi ce qui semblerait être la couleur des premiers chrétiens… Notons toutefois que c’est la couleur originelle du Noblissime Ordre de la Jarretière, qui fut changé pour le bleu foncé par le Roi Georges II afin de le distinguer des membres établis dans l’Ordre par les Stuarts.

Aucun autre ornement n’est autorisé par ces Constitutions et pourtant notre regard aiguisé remarquera aussi qu’il n’est aucunement fait mention des penderilles ou des pendeloques argentées présentes sur les tabliers de Maitres actuels. Ces « Tassels » sont aussi apparu plus tard et leur introduction dans le decorum maçonnique ressemble à une légende urbaine alimentant une vaste réflexion symbolique autour du chiffre 7 et des 2 rubans qui l’accompagne. Nous pouvons trouver des réflexions sur les 7 shakras, les 7 planètes sacrées, les 7 métaux des anciens, les 7 qui composent une loge et tant d’autres choses parfois amusantes …

J’ai personnellement souvenir de planches très amusantes sur la symbolique maçonnique d’un stylo « Meisterstück Mont Blanc », la pièce du Maître avec son étoile a 6 branches … Ceci qui doit nous rappeler constamment toute la prudence nécessaire quant aux réflexions symboliques trop poussées …

Si le tablier est sans conteste hautement symbolique, la réalité concernant des « tassels » semble moins symbolique que toute la littérature proposée sur le sujet. Nous savons que les tabliers de 1815 s’attachaient avec deux lanières terminées par des houppes et qu’un nœud formé sur le devant permettait de ceindre le tablier. Nous pouvons donc aisément imaginer les lanières et houppes pendant sur l’avant du tablier. C’est un fabriquant de décors maçonnique, qui ayant introduit l’attache du tablier par un crochet, a provoqué ce changement important et a ajouté les 2 rubans et 7 pendrillons en rappel des lanières d’attaches et des houppes d’origines. 7 est bien évidement un chiffre très acceptable pour un décor maçonnique … Il ne restait plus qu’à chercher pour trouver, et le maçon sait trouver quand il cherche …

Pour les rendre encore plus acceptables, les Constitutions ont donc été adaptées pour autoriser le port de ces séduisants décors.

Les Maitres de Loges et Passés Maitres portent en lieu et place des 3 rosettes de leurs tabliers, 3 ensembles de lignes perpendiculaires et horizontales formant 2 angles droits argentés dont la longueur des lignes perpendiculaires sont la moitié des lignes verticales. Ce sont 3 niveaux, des « Aprons levels » selon le texte des Constitutions, que l’on appelle plus généralement des TAU. Toutefois, si il semble être une transcription de la 19e lettre grecque et du TAV hébreu, j’ose utiliser le mot injustement , car le TAV a sa barre horizontale au-dessus du trait vertical, et bien que les grecs puissent l’écrire avec la barre en dessous ou encore sur le côté, ou qu’encore que le TAV massorétique s’écrive comme un U, il n’en reste pas moins que ceux de notre tablier sont inversés au TAV hébraïque et donc au signe qu'Ezechiel traçait sur le front des élus auquel on fait souvent référence. Il est également intéressant de noter que la définition donnée par le « nouveau dictionnaire universelle des arts et des sciences françois latin et anglois » de 1756 définie clairement le TAU comme le « figuré d’un T ou d’une croix dont on a retranché la partie la partie d’en haut ». Il faudra donc chercher ailleurs pour connaitre l’origine de ces TAU inversés sur le tablier de Maitre Installé ou de Passé Maitre, puisque les Constitutions restent muettes sur ce point particulier et ne fait référence qu’à des « Approns levels ».

Nous noterons qu’ils demeurent avant toute chose les symboles de la maitrise et du Vénéralat … Le VM ayant soumis ses passions et réglé sa conduite selon le contenu du VLS…

Si de nos jours il est habituel de changer de tablier à chaque grade, il semble qu’une tradition plus courante en Angleterre consiste à faire évoluer son propre tablier d’apprenti par ajout des décors du grade directement sur le cuir du tablier de peau blanche de l’apprenti. Ainsi cousu, le tablier évolue avec l’avancée du maçon dans son parcours … Cependant les insignes apportés seront obligatoirement d’argent, Blanc ou bleu ciel, les constitutions n’autorisant l’Or qu’au décorum de Grande Loge et à quelques Loges très particulière. Les raisons restent encore à identifier et nous aurons l’occasion d’en reparler.

Deuxième symbole de la tenue du Franc Maçon, les gants sont le symbole de l’innocence. Les Maitres Maçons ont pleine conscience de la portée de cet important symbole et je ne m’étendrais pas dessus car en Franc Maçonnerie anglaise seul les Maitres Maçons portent des gants blancs, aucunement les apprentis et les compagnons ! … C’est une tradition continentale que de faire porter des gants aux Apprentis et Compagnons !

Il faudra donc bien veiller à ce qu’au moins ils ne les portent pas les jours de leurs cérémonies de passage ou d’élévation.

Derniers éléments que j’aborderais ce soir, concerne les bijoux et insignes. Ils forment les signes distinctifs d’appartenances à un grade, à une loge ou à un Ordre particulier. Toutefois seule peuvent être portés en maçonnerie régulière anglaise les bijoux d’un grade, d’une loge ou d’un Ordre particulier si elle est en accord et admis avec la Grande Loge. Je parle bien sur là de la Grande Loge Unie d’Angleterre et des sides degrees associées, ou degrés de perfectionnement.

Toutefois, si pour le maçon des rites continentaux, le port de bijoux et insignes peuvent paraitre comme des signes ostentatoires, il n’en est rien du tout … Ceci fait partie intégrante de la Tradition de la maçonnerie anglaise et retrouve son équivalent dans les dits rites continentaux sous la forme de chapeaux, cordons, bijoux, baudriers et bien d’autres décors …

Il s’agit d’ailleurs d’une tradition très ancienne, puisque les prêtres israélites portaient des ceintures, le grand prêtre portait l’Urim et le Tumim, et les égyptiens de rang portaient des robes blanches ornées de houppes et de franges …

Le port des médailles est donc à considérer par le maçon comme un moyen de prouver son avancée dans la connaissance et dans la maitrise dans l’art royal.

Je prendrais pour seul exemple la médaille de passé maitre. Un ruban bleu ciel attache une équerre à laquelle suspend la 47e proposition d’Euclide. Le port de cette médaille permet de distinguer le Maitre en chaire du Passé Maitre alors qu’ils portent le même tablier avec leurs niveaux de tablier si spécifiques.

Nous noterons le cas particulier des médailles de bienfaisances dont le port est à considérer comme obligatoire afin de promouvoir la bienfaisance Maçonnique dans l’Ordre, premier devoir du Franc Maçon …

Si vous avez quelque chose à retenir de tout ceci, c’est que le tablier est l’habit le plus chargé d’honneur de tout Ordre au monde. Il est plus ancien que la Toison d’Or et que l’Aigle Romaine. Il est fait d’une peau d’agneau, blanc pur et sans tâche, symbole de l’innocence et bien qu’il puisse recevoir différents ornements selon l’évolution dans les différents grades, il restera toujours sur le fond ce tablier d’innocence reçu à l’initiation et que nous revêtirons pour nous présenter devant le Créateur.

Vos commentaires

Une réflexion à partager, une information à ajouter, n'hésitez pas à nous en faire part...